Spina bifida, myélomeningocèle

L’abdomen de la mère est ouvert comme dans une césarienne (1). On sort partiellement l’utérus de l’abdomen (2). L’échographie permet de décider du site de l’incision. On réalise tout d’abord une petite incision dans la paroi utérine, par laquelle il est possible d’introduire un outil permettant de réaliser une incision plus longue (agrafeuse). On utilise cette agrafeuse pour réaliser une longue incision dans la paroi utérine. L’outil permet dans le même temps de coller ensemble toutes les couches de la paroi pour une coagulation parfaite (4). La lésion, avec la moelle épinière intacte (flèche), est ensuite déplacée au centre de l’incision réalisée (5).


p_zwillingsprobleme_06vid

Dans un premier temps, les parties de la lésion à retirer sont disséquées et retirées (flèche ;1). Pour protéger la moelle épinière, on coud par-dessus des couches de tissus (flèche ;2). A la fin de l’intervention sur le fœtus, on referme la peau du dos, afin de protéger l’ensemble (flèche ;3). L’utérus est refermé hermétiquement grâce à plusieurs rangées de sutures (4). La graisse abdominale de la mère (F) est cousue tout autour de la suture utérine afin de mieux la protéger (5). A la fin de l’opération, on referme l’incision réalisée dans le ventre de la mère.

Nos Partenaires

Une équipe interdisciplinaire spécialement formée et expérimentée