Problèmes de gémellité

Lors d’une grossesse gémellaire, des complications peuvent survenir lorsque des jumeaux partagent un seul placenta, et donc une seule source d’alimentation.

Sur le placenta commun, certains vaisseaux peuvent être connectés (1) ce qui mène à des transfusions de sang entre les jumeaux. S’il existe un déséquilibre circulatoire, l’un des enfants reçoit trop de sang et l’autre pas assez (syndrome de transfusion fœto-fœtale), ce qui peut mener au décès des deux bébés. Si la nature a prévu une répartition inégale de la surface placentaire entre les deux enfants, il est possible que l’un des enfants soit nettement plus petit (2) et que sa croissance s’arrête.

Si le flux sanguin est déséquilibré entre les jumeaux, l’échographie peut montrer que l’un des fœtus produit trop de liquide amniotique (1) et le deuxième trop peu ou bien plus du tout (2). Il est nécessaire de mesurer la circulation sanguine, par exemple dans le cordon ombilical, pour évaluer l’état de santé des jumeaux.

Sur le plan clinique, la patiente remarque souvent une augmentation rapide de la taille du ventre (3), qui peut être associée à des douleurs dans le bas du ventre ou dans le dos, ainsi que des problèmes respiratoires ou en position allongée.

L’endoscopie fœtale permet de coaguler les vaisseaux placentaires qui assurent les transfusions entre jumeaux (1) et de séparer ainsi le placenta en deux zones afin que chaque jumeau ait le sien et que les échanges sanguins s’arrêtent. Pendant l’opération, les mouvements respiratoires de la patiente peuvent rendre difficile l’utilisation du laser (2). Dans de rares cas, par exemple dans le cas d’une malformation fatale de l’un des jumeaux monochoriaux, il peut être indiqué de pratiquer une coagulation du cordon ombilical par endoscopie fœtale. L’endoscopie fœtale permet de plus de séparer les brides amniotiques qui peuvent menacer le développement de l’un ou des deux jumeaux.


p_zwillingsprobleme_06

Le pronostic de survie d’au moins un des jumeaux après thérapie laser est d’environ 80 à 90%.

Selon le stade de la maladie, la répartition du placenta et le déroulement de l’intervention, on peut obtenir un taux de 50% de survie des deux jumeaux. La principale complication de l’opération est la possibilité de rupture de la membrane amniotique avec pour conséquence une naissance prématurée et les complications qui y sont associées.

Nos Partenaires

Une équipe interdisciplinaire spécialement formée et expérimentée