Tératome sacro-coccygien

Les tumeurs fœtales sont très rares, mais parmi celles-ci, les tumeurs sacro-coccygiennes sont les plus fréquentes. Chez le nouveau-né, elles sont le plus souvent bénignes et offrent un pronostic favorable si elles sont bien retirées.

Le tératome sacro-coccygien est une tumeur bénigne qui part du coccyx et qui devient parfois si grosse durant la grossesse qu’une défaillance cardio-vasculaire in utero peut causer la mort du fœtus. La seule possibilité thérapeutique consiste alors en une résection prénatale de la tumeur.

Ces malformations peuvent être diagnostiquées par un examen échographique. Sur l’image, on voit la colonne vertébrale (WS) et une grosse tumeur sur le siège (S). Ces tumeurs peuvent devenir très grosses et représentent pour l’enfant une grande sollicitation en matière circulatoire. Le pronostic dépend donc de la capacité du cœur à assumer sa fonction de pompe.

Les enfants présentant un tératome sacro-coccygien naissent par césarienne pour éviter de léser la tumeur, ce qui a souvent pour conséquence de forts saignements. Après la naissance, la tumeur est enlevée au cours d’une intervention chirurgicale (1). Dans de rares cas, la tumeur devient si grande au cours de la grossesse que le cœur ne peut plus assurer la circulation sanguine. Dans de tels cas, on peut oser pratiquer une intervention sur le fœtus par résection de la tumeur. Cela permet d’améliorer les chances de survie de l’enfant (2).

Le pronostic est très varié et dépend de la taille de la tumeur. Il dépend également fortement de la nature des structures que la tumeur a empêché de se développer.

Nos Partenaires

Une équipe interdisciplinaire spécialement formée et expérimentée